A la recherche du cousin perdu

Il est parfois difficile de retrouver l’acte de naissance ou de mariage d’un de nos ancêtres, car ce dernier peut être originaire d’une autre commune que ses enfants. C’est à cette difficulté que j’ai été confronté avec Marie-Marguerite Potdefer. Quand nous bloquons sur une personne, il faut toujours essayer d’élargir aux autres membres de sa famille cités dans les actes que nous avons déjà trouvés. Il ne faut jamais négliger les témoins.

Dans l’acte de mariage du 7 septembre 1835 à Bezons entre André Georges Chailliou, fils de Marie-Marguerite Potdefer, et de Marie Désirée Lapierre est mentionné un cousin d’André, Victor Potdefer, 35 ans, patissier, domicilié à Argenteuil. Si je n’arrive pas à trouver des informations sur Marie Marguerite, il y en a peut-être pour Victor.

Avant de me lancer dans les recherches dans les actes d’états civils, j’interroge la base Gallica de la Bibliothèque Nationale de France pour vérifier si il n’y aurait pas d’articles à son nom. 

Bonne pioche! Plusieurs articles surprenants apparaîssent concernant Victor Potfer.

Extrait acte de mariage du 7 septembre 1835 à Bezons entre André Chailliou et Marie Lapierre

Le tramway meutrier

La presse nous apprend que Victor Potfer a été victime d’un curieux accident. C’est un ouvrier boulanger de 37 ou 47 ans suivant les journaux. Il vit au 4, passage Driancourt dans le quartier de Belleville à Paris. 

Alors qu’il passait tranquillement au niveau des 159-160 rue du Faubourg-Saint Antoine, un détonation se fit entendre. Et soudain, il se mit à crier de douleur et s’effondra sur la chaussée. Une balle venait de l’atteindre au genou. La blessure fut-elle grave ou pas, les versions diffèrent. En tous cas, il fût aussitôt évacué à l’hôpital Saint-Antoine. 

Personne n’a vu de tireur. Qui a donc tiré sur le pauvre Victor? 

C’est grâce à un brave agent que le tireur est démasqué et le scénario est digne d’Agatha Christie. L’enquête révèle que le coupable n’est autre que … le tranway Louvres-Vincenne. En effet, la responsable est une cartouche placée sur les rails, on ne sait comment. Le lourd engin en passant sur les voix l’a projeté dans le genou du pauvre Victor.

Le Gaulois - 17 juin 1911
Le Journal -16 juin 1911
Le petit Parisien - 16 juin 1911
Le Temps

Victor or not Victor?

Blessé par balle par un tramway, ce n’est pas commun. Ce Victor Potfer ayant 37 ou 47 en 1911, n’est pas  le Victor Potdefer cousin d’André Chailliou, peut-être est-ce un de ses descendants, ce nom de famille n’étant pas courant et leur profession étant proche. Certes, cette histoire ne me donna pas d’élèments sur les origines de Marie-Marguerite Potdefer, mais elle me permit de me divertir et me donne aujourd’hui l’occasion de vous la transmettre.

Grâce au décès du vrai Victor Potdefer, je trouvai sa ville de naissance, Gasny qui s’avera être aussi la ville voisine de naissance, Sainte-Geneviève-les-Gasny, de Marie-Marguerite Potdefer.

Mes deux conseils du jour sont donc :

1) si vous bloquez sur un individu, intéressez-vous à ses proches et pour les identifier regarder les témoins.

2) si vous tombez sur des histoires amusantes, gardez les pour nous les faire partager.

Si une de ces histoires vous vient à la mémoire, racontez-là dans les commentaires.

Lien avec Victor Potfer

3 commentaires

Christelle · 24 novembre 2019 à 7 h 35 min

Ah ça pour ne pas être courant, ce n’est pas courant ! Pauvre homme ! Mais je confirme, ça valait bien un billet 😀

    Yann · 24 novembre 2019 à 12 h 30 min

    Merci Christelle. Peut-être cette histoire inspirera t elle un romancier.

Généathème : un mois pour lire, découvrir et apprendre – Autant de nos ancêtres… · 11 janvier 2020 à 7 h 59 min

[…] du blog Une branche et l’autre (V comme Vaches) et Yann du blog Enquête de notre histoire (T comme le Tramway meurtrier). Je ne manquerai pas de relancer des recherches dans la presse ancienne dans l’espoir de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
36 ⁄ 12 =