Comme à son habitude, le début de l’année vient avec son lot de bonnes résolutions. J’avoue que généralement je suis assez allergique aux bonnes résolutions et je m’attache toujours à ne pas en faire, mais ce début d’année 2019, j’ai décidé de respecter celle que je me suis faite depuis bien longtemps de lancer mon blog de généalogie et d’histoire.

Je ne saurais dater ma passion pour la généalogie et l’histoire. Depuis tout petit, je suis intéressé par les choses du passé. Enfant, j’adorais interroger mes grands-parents sur leur famille ou sur leur vie passée. Mon grand-père maternel, officier marinier, me contait ses voyages à travers le monde et ma grand-mère maternelle la vie à Rennes sous l’occupation allemande et les bombardements anglais. Mon grand-père connaissait bien sa famille et il était capable de me donner tous les noms de ses arrières grand parents, ce qui me fut utile pour débuter ma généalogie. Il racontait aussi que ses grands-parents étaient cousins et que le gisant enterré dans l’église paroissial était un de ses arrières grand-oncle qui fût vicaire général de Saint-Brieuc. Dans mon apprentissage de l’histoire familiale, j’aimais aussi écouter un de mes oncle narrer la vieille légende familiale sur notre ancêtre chouan. L’évocation de ces souvenirs familiaux déclencha en moi l’envie de savoir quel était la part de vérité dans toutes ses légendes.

Enfant, je passais tous mes étés chez mes grands-parents en Bretagne. La météo bretonne pouvant être parfois changeante, il me fallait trouver une activité de remplacement à la plage lorsque le crachin faisait son retour. Mon grand-père étant originaire de Plouha, la commune où il résidait, je décidai donc à l’âge de 12 ans (il y a à présent 30 ans) d’aller explorer les archives municipales pour débusquer ses ancêtres.

C’est ainsi que je débutai la généalogie. Ce fût pour moi une expérience incroyable de pouvoir explorer ses vieux registres de 100, 200, 300 ou 400 ans ans pour découvrir au long de leurs pages de nouveaux ancêtres. Je prenais milles précautions à manipuler ces vieux documents qui avaient traversé les siècles. Au travers de cette enquête sur mon histoire, j’avais l’impression d’être une sorte d’Indiana Jones. Je vivais l´histoire à travers celle de mes aieux. Aux archives municipales, je croisais d’autres chercheurs largement plus âgés que moi. Ils me donnaient des tuyaux et bien souvent, grâce à des cousinages, m’aidaient à remonter les branches. Je découvris par la suite les archives d’autres mairies et celles des départements.

Dans le début des années 90, quand les journalistes dissertaient à la radio sur les autoroutes de l’information, appelé aujourd’hui Internet, je m’imaginais déjà toutes les possibilités que ce partage de l’information pouvait avoir sur la généalogie et combien cela allait pouvoir accélérer mes recherches.

En effet, en quelques années, la manière de faire de la généalogie a été révolutionné par Internet. La numérisation permet d’accéder en quelques clics à l’acte de registre paroissial recherché ou de retrouver de nouveaux ancêtres sur les énormes bases de données de FamilySearch ou Geneanet. Cette révolution ne fait que commencer. Les archives vont continuer de mettre à disposition de nouveaux types de documents nous permettant de mieux connaître la vie de nos ancêtres. Nous serons aidés dans la lecture de ces documents par l’intelligence artificiel qui nous traduira automatiquement les textes anciens et nous permettra de faire des recherches par mots-clés, et plus tard de nous sortir toutes les informations disponibles dans les archives en un seul clic. Enfin, le développement des analyses ADN nous permettra de remonter les générations malgré la perte de certaines archives, découvrir les infidélités de nos ancêtres et peut-être de reconstituer leur visage.

Avec ce blog, je souhaite partager mon expérience pour aider les novices en généalogie, partager mes découvertes et mes points de blocage généalogiques avec les plus expérimentés et suivre les nouvelles évolutions de la généalogie. A travers ces recherches généalogiques, je veux me faire plaisir en ouvrant aussi le scope à la petite et grande histoire.

Que cette nouvelle résolution soit le prélude à une belle aventure !

Catégories : Humeur

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 × 11 =